FLASH BTP QBEParis, le 17 octobre 2017 – Pour accompagner le développement des constructeurs de maisons individuelles en bois, QBE France, l’un des leaders mondiaux de l’assurance et de la réassurance, lance une nouvelle offre associant assurance Construction, Caution et conseil en gestion des risques.

Cette approche innovante s’adapte parfaitement aux particularités du marché et propose :

- Une évaluation des risques du Constructeur de Maisons Individuelles (CMI),
- Une offre conjointe Caution et assurance Construction.

Aujourd’hui, le marché de la construction bois en France représente près de 2.000 entreprises dont près de 200 Constructeurs de Maisons Individuelles. L’ossature bois est le système constructif le plus utilisé (84%, en progression[1]). Face à des métiers qui se développent, non seulement dans la construction de maisons individuelles mais également dans la construction de logements collectifs, les courtiers d’assurance et les CMI ont besoin d’une offre qui corresponde aux spécificités de ce marché.

L’intervention d’un expert indépendant pour identifier et prévenir les risques

La construction de maisons individuelles en bois présente des risques particuliers. En effet, alors que la construction de maisons individuelles traditionnelle est généralement artisanale, l’essentiel de la construction bois se fait de manière industrialisée. Par ailleurs, les appels de fonds étant définis par la loi, le risque de financement est plus élevé pour les constructions industrialisées.

Pour optimiser la couverture des risques de construction, QBE fait intervenir un expert, qui réalise une évaluation des risques auxquels est exposé le constructeur. Cette évaluation comprend une visite du site de pré-fabrication et de quelques chantiers, ainsi que des entretiens avec la direction et le Bureau d’Etudes Techniques du constructeur.

Une offre conjointe Caution et Construction
QBE est aujourd’hui le seul assureur à proposer une offre conjointe en caution et assurance Construction.

Cette offre globale permet aux clients de réduire la charge administrative, et aux courtiers de proposer à leurs clients des garanties complètes :
- Dommages Ouvrage
- Responsabilité Civile du constructeur,
- Tous Risques Chantier,
- Responsabilité Civile Décennale,
- Ainsi que les garanties financières.

« Pour accompagner le développement de la construction de maisons individuelles en bois, nous proposons une offre complète combinant conseil en gestion de risques, assurance Construction et Caution, qui s’adapte au mieux aux particularités de ce marché spécifique. Nous l’avons présentée à plusieurs courtiers, avec des retours très positifs. » déclarent Olivier Rambaud, Directeur Construction et Paco Galan, Directeur Caution de QBE France.
A propos de QBE France
Spécialiste en assurance des entreprises et des professionnels, QBE France leur propose par l’intermédiaire de leur courtier, des solutions d’assurance à la fois innovantes et adaptées à leurs besoins.
Capable d’accompagner les entreprises en France comme à l’international, QBE France intervient notamment sur les branches : Dommages, Responsabilité Civile Générale, Construction, Lignes financières et Caution.
Présente à Paris, QBE France est également dotée de 4 délégations régionales situées à Lyon, Strasbourg, Nantes et Bordeaux pour être au plus près des entreprises et de leur courtier. http://www.qbefrance.com/

Groupe QBE
Le Groupe QBE, noté A+ par Standard & Poor’s, est l’un des premiers assureurs et réassureurs mondiaux. Fort de 14.200 collaborateurs, le Groupe QBE intervient sur les principaux marchés de l’assurance dans le monde. Coté à la bourse de Sydney, QBE a réalisé un chiffre d’affaires 2016 de 14,1 milliards US$ (primes brutes émises).

QBE France fait partie de QBE European Operations, qui représente près d’un tiers du chiffre d‘affaires du Groupe. https://www.group.qbe.com/

 


FLASH BTP artibatA un an du salon - 24, 25 et 26 octobre 2018 -, et avec déjà la confiance d’un demi millier d’exposants, les organisateurs dévoilent les grandes lignes de la 16ème édition d’ARTIBAT, tracées pour et avec les professionnels du bâtiment et de la construction.
Événement le plus fédérateur des acteurs de la filière en 2018, ARTIBAT ambitionne de croiser les regards et les expertises dans une logique cross-secteur pour faire émerger de nouvelles pistes de performance, fil rouge de cette édition.

Pour en savoir plus :http://www.com-4.fr/artibat-agregateur-d-innovations-et-de-solutions-vers-la-performance.html


FLASH BTP ecoleRégulièrement épinglée pour le délabrement de certaines écoles publiques, la ville de Marseille a voté lundi un plan massif de reconstruction d'un montant d'un milliard d'euros, via des partenariats public-privé (PPP) contestés par l'opposition.


FLASH BTP route chauffanteCapter l'énergie du soleil ou toute autre source de chaleur pour déneiger une route ou chauffer un bâtiment: Eurovia, filiale de Vinci, a présenté lundi son projet de route à énergie positive, expérimentée dans le Doubs et les Yvelines.


FLASH BTP Saint gobainLe groupe français de matériaux de construction Saint-Gobain a annoncé lundi avoir finalisé le rachat de Glava, spécialiste norvégien de l'isolation, après approbation de l'autorité de la concurrence norvégienne.


FLASH BTPtaxe bétonLe gouvernement prendra "le temps de la réflexion" sur les moyens de lutter contre l'artificialisation des sols, et "aucun dispositif" tel qu'une "taxe béton" ne sera instauré en 2018, a affirmé jeudi Julien Denormandie.


FLASH BTP bilanUn bilan 2016 en demi-teinte pour les entreprises du BTP 


Depuis bientôt 10 ans, l’étude annuelle de BTP Banque analyse l’évolution du secteur du BTP en s’appuyant sur les bilans de ses clients. L’étude se fonde sur un échantillon de près de 4.000 entreprises (de Gros Œuvre, Second-Œuvre et Travaux Publics), et permet d’appréhender l’évolution de la situation financière réelle des entreprises du secteur de la construction au fil des années. Cette année, le rapport montre un redressement significatif de la rentabilité des entreprises. Néanmoins, leur trésorerie reste extrêmement fragile et le recours aux crédits de trésorerie demeure indispensable pour financer leur activité.

 

La baisse de la valeur ajoutée se poursuit 

La valeur ajoutée (VA) des entreprises du BTP, reflet de leur santé économique, poursuit sa baisse en 2016. Dans le Gros-Œuvre, où le ratio VA/CA est le plus important (37.9% en 2015, 37.6% en 2016), les difficultés s’expliquent notamment par l’augmentation du prix des matières premières et par une activité sous tension dans certaines régions qui favorise une concurrence vive entre les entreprises.


L’affaiblissement de ce taux de la valeur ajoutée est un indicateur d’alerte à suivre. Si elle devient insuffisante pour couvrir les frais de fonctionnement, l’entreprise aura des difficultés à atteindre son point mort et donc à générer des bénéfices. Dans cette hypothèse, les structures financières ne peuvent plus se renforcer.
Stabilité sur le coût de la main d’œuvre.


Compte-tenu de la baisse de la valeur ajoutée, le coût de la main d’œuvre par rapport à la VA augmente (bien que ses montants restent stables). En effet, les charges de personnel représentent désormais presque 88% de la valeur ajoutée pour les activités du Gros-Œuvre et du Second-Œuvre, et 82% pour les Travaux Publics.

A noter que le personnel extérieur à l’entreprise est en progression sur 2016, en particulier sur le Gros-Œuvre.


Redressement de la rentabilité 

Fin 2016, la rentabilité des entreprises du BTP (résultat net/chiffre d’affaires) n’a toujours pas retrouvé son niveau de 2008
(situé alors entre 2,5% pour les Travaux Publics et 3,1% du chiffre d’affaires pour le Gros-Œuvre), mais le ratio augmente
par rapport à 2015 et s’inverse pour atteindre respectivement, en 2016, 1,6% pour le Gros-Œuvre et 2,3% pour les Travaux
Publics.

Cette amélioration récente provient de l’accroissement de l’excédent brut d’exploitation des entreprises, mais aussi de frais
financiers modérés (taux faibles) et de l’impact du CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi).


Recul de la part des entreprises en perte en 2016 

Si depuis 2013, la part des entreprises en perte n’avait cessé de croître, en 2016 elle recule enfin, tous secteurs confondus.
Une rupture particulièrement significative dans le secteur des Travaux Publics dont la part représentait 17,4% en 2015,
pour atteindre 12.9% en 2016. Quant aux entreprises du Gros-Œuvre et Second-Œuvre, la part des entreprises en perte
est de 17% (mais en baisse de -2,5 points pour le Second-Œuvre et -2,1 points pour le Gros-Œuvre).

 

Des difficultés de trésorerie toujours importantes 

Les délais clients moyens restent toujours trop élevés avec des délais constatés de 83 jours dans le Gros-Œuvre, 89 jours
dans le Second-Œuvre et 90 jours dans les Travaux Publics.
Après une baisse significative des délais fournisseurs entre 2008 et 2014 suite à l’application de la Loi de Modernisation
de l’Economie (LME), une hausse des délais fournisseurs est constatée depuis 2014 pour s’établir à71 jours en moyenne
dans le Gros-Œuvre, 69 jours dans le Second-Œuvre et 80 jours dans les Travaux Publics.

Depuis 2008, la trésorerie nette moyenne en jours de production pour le Gros-Œuvre ne cesse de diminuer (à 22,6 jours
de production, soit -2,5 jours), se stabilise pour le Second-Œuvre (19,4 jours de production) et s’améliore très nettement
pour les Travaux Publics (à 22 jours, soit +3 jours de production).


Pour Claude Lavisse, Président du Directoire de BTP Banque : « L’étude 2017 de la performance des entreprises du
BTP porte sur les comptes d’exploitation et bilans 2016. L’amélioration de la rentabilité nette est clairement au rendezvous.
Cette rentabilité reste toutefois insuffisante pour permettre aux entreprises de faire face aux besoins nés de la reprise
d’activité, alors que leur situation financière a été fragilisée par les années de crise précédentes. Les trésoreries continuent
donc de se tendre et les entreprises du BTP restent globalement encore fragiles.


L’année 2017 tend à confirmer cette reprise amorcée courant 2016, même si celle-ci n’est pas uniforme selon les territoires
et les métiers. Les perspectives de croissance se situent autour de 4% pour l’ensemble du secteur de la construction. »
Pour connaître l’analyse détaillée et les conclusions de l’étude, vous pouvez demander le rapport
auprès des contacts presse de BTP Banque


A propos de BTP Banque :
BTP Banque, filiale du Crédit Coopératif, est un établissement bancaire créé en 1919 à l’initiative des chambres syndicales
du Bâtiment et de celles des Travaux Publics. Elle intervient exclusivement sur les entreprises et institutionnels du BTP, et
accompagne les dirigeants d’entreprise pour leurs besoins professionnels et privés.

Son rattachement au Groupe Crédit
Coopératif depuis 1996, lui-même affilié au groupe BPCE, lui permet de poursuivre sa mission de banque spécialisée au
service des entreprises du BTP. Près de 300 collaborateurs œuvrent au quotidien, au sein de 42 agences réparties sur
l’ensemble du territoire, pour accompagner les entreprises du BTP et leur apporter une expertise adaptée à leur situation.
http://www.btp-banque.fr/

 


FLASH BTP optiqueLancé en février 2013, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l'intégralité du territoire en très haut débit d'ici 2022, c'est-à-dire proposer un accès à Internet performant à l'ensemble des logements, des entreprises et des administrations.

Pour atteindre cet objectif, l'État, les collectivités et les opérateurs privés investissent 20 milliards d'euros en dix ans, dont 3,3 milliards d'euros de l'État, pour déployer les infrastructures de l'Internet très haut débit sur tout le territoire :
Dans les territoires ruraux, les collectivités territoriales déploient des réseaux publics mobilisant plusieurs types de réseaux d'accès à Internet (FttH, amélioration des débits sur le réseau ADSL, satellite, Wimax, 4G). Ce déploiement concerne 45% de la population,
Dans les territoires urbains, les opérateurs privés déploient des réseaux de fibre optique jusqu'à l'abonné (FttH). Ces zones, dites conventionnées, couvrent 3 600 communes et 55% de la population.

Ce Plan, unique en Europe, représente un défi inédit pour :
Renforcer la compétitivité de l'économie française et l'attractivité de la France par le raccordement prioritaire en fibre optique des zones d'activités économique,
Rendre possible la modernisation des services publics sur l'ensemble du territoire, y compris dans les zones rurales et de montagne, en apportant un accès à Internet performant les établissements scolaires, les hôpitaux, les maisons de santé, les maisons de l'emploi, etc.,
Donner accès aux usages numériques à tous les citoyens.

Ces chantiers mobilisent une filière industrielle française d'excellence composée d'entreprises chargées de concevoir, de réaliser et d'exploiter les réseaux THD, réunies au sein d'Objectif fibre et de ses organisations constitutives (fabricants de câbles optiques, équipementiers, entreprises de génie civil, opérateurs, installateurs et industries des réseaux d'initiative publique, techniciens et bureaux d'études).
Dans ce contexte, il est essentiel :
d'outiller les branches et les entreprises en matière de gestion des ressources humaines,
de favoriser l'attractivité des métiers pour faciliter les recrutements,
de valoriser les compétences attendues et notamment les compétences communes qui permettent des passerelles entre les métiers pour une fluidité du marché du travail,
de renforcer la structuration de l'offre de formation pour s'assurer qu'elle répond aux besoins des entreprises chargées de déployer et d'exploiter les infrastructures en cours de construction.

L'État s'engage, avec les branches professionnelles de la filière et les organisations professionnelles d'Objectif fibre, à accompagner cette transition dans le cadre d'un engagement de développement de l'emploi et des compétences (EDEC). Les entreprises concernées sont réparties dans des secteurs différents : industriel, bâtiment, travaux publics, télécoms. Au total, le champ potentiel de l'accord est ainsi d'environ 7500 entreprises, employant 656 000 salariés, s'inscrivant dans la chaîne d'intervention du déploiement du THD.

Un état des lieux, en prolongement de l'étude prospective réalisée à l'initiative des branches concernées et du ministère en charge de l'emploi en 2013, permettra de repérer les métiers et les compétences attendues pour la filière : des nouveaux métiers mais aussi des compétences nouvelles pour des métiers existants. L'enjeu est de réussir les transitions professionnelles et d'opérer en parallèle de nouveaux recrutements.

Les résultats de cette étude, qui fait partie plus largement d'un plan d'actions complet en direction des entreprises concernées par le déploiement du THD, ont été présentés le 4 octobre. Elle porte sur l'ensemble des étapes du déploiement FTTH et montre l'ampleur de l'impact du plan de déploiement sur les entreprises et les emplois qui y sont rattachés.

Selon les résultats de l'étude, le nombre d'emplois nécessaires en équivalents temps plein dépasse 22 000 en 2021, tous postes confondus (existantes et/ou à créer), ce qui conduit à mobiliser en moyenne chaque année 3 800 nouveaux entrants dans la fibre optique, par la voie du recrutement, de la mobilité interne et de l'intérim avec une pointe à 7 500 en 2021. Ces prises de postes s'accompagneront de formations avec une estimation de près de 10 000 actions en 2020 pour environ 70 000 journées stagiaires.

Pour en savoir plus : 


FLASH BTP canadaLe groupe Vinci a annoncé mardi avoir remporté un contrat au Canada, au côté du groupe local Macro, pour le doublement d'un oléoduc de 85 km en Colombie-Britannique, dans le cadre du projet Trans Mountain Expansion Project (TMEP).


FLASH BTP macronLe président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé vendredi quelques concessions au secteur du bâtiment, remonté depuis plusieurs semaines contre les coupes budgétaires massives qui le menacent.


A propos

SAGERET est la référence des annuaires du BTP. Fort d’une base de plus de 700.000 sociétés qualifiées, SAGERET met en relation les professionnels et fait connaître leur savoir-faire grâce à une offre de services dédiée aux acteurs de la construction.

Nos activités

  • Edition de guides et annuaires
  • Référencement web
  • Création de sites Internet
  • Location et vente de fichiers
  • Organisation d’événements
  • Prestations audiovisuelles
  • Régie publicitaire

Contacts

SAGERET
5 rue Saulnier, 75009 Paris - FRANCE
Tél. : +33 (0)1 70 95 15 50
Fax : +33 (0)1 70 95 15 90
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
logo SAGERET